Amitié partagée

Margot avait 17 ans. Depuis la sixième, elle était en internat. Cette année, une nouvelle élève franco-indienne était arrivée : Roshni, 17 ans et demi. Dès le début, elles avaient partagé les mêmes goûts musicaux, pour les films, ou le même enthousiasme pour les potins sur les garçons et les copines de leur classe… Bref, elles étaient tout de suite devenues proches. Depuis, elles partageaient beaucoup de choses, passaient presque tout leur temps ensemble, dormaient régulièrement chez l’une ou l’autre. Dès que Margot se retrouvait sans Roshni, elle pensait à elle. La plupart du temps, Roshni la retrouvait rapidement.

C’était l’après-midi. Margot n’avait pas envie de travailler et avait entraîné Roshni hors de la salle de permanence pour sécher les cours. Elles s’étaient réfugiées dans le dortoir de Roshni. Elles étaient visiblement seules, même si elles entendaient parfois des pas ou des voix s’élever non loin. Elles papotaient de choses et d’autres, quand soudain une voix masculine éclata dans le couloir. Les filles n’avaient pas entendu quel prénom avait été prononcé, mais elles se jetèrent derrière un lit pour se cacher. Sûrement un surveillant qui cherchait quelque chose… ou quelqu’un !

La voix se tut progressivement, et les filles s’assirent sur le lit.

— Tu crois que c’est nous qu’il cherche ? demanda Roshni

— Non, on a entendu quelqu’un d’autre courir dans le couloir tout à l’heure, on n’est sûrement pas les seules à avoir séché les cours, répondit Margot.

— Il vaut mieux tout de même rester discrètes pour ne pas qu’on nous trouve », dit Roshni en regardant vers la porte avec une mine inquiète.

Margot vit le profil de Roshni, ses cheveux ondulés tombaient en vague le long de sa nuque. Elle avait un nez droit qui lui donnait une certaine autorité qui surplombait un beau sourire, des lèvres que n’importe quel garçon trouverait désirables. Toute sa personne était d’ailleurs assez désirable. Une pensée traversa son esprit, une simple pulsion qui dura moins d’une seconde, qu’elle ne put même pas identifier. Elle ne se rendit même pas compte de ce qu’elle prononça :

— Oui, ce serait dommage qu’on nous découvre en train de fricoter. 

Roshni marqua une pause, comme si elle n’était pas sûre de ce qu’elle avait dit. Margot non plus n’était pas sûre de ce qu’elle avait dit. Elle avait soudain l’impression d’être quelqu’un d’autre, d’être en dehors de son propre corps. Sans comprendre pourquoi elle faisait cela ni pouvoir se contrôler, elle avança la main, la passa dans les cheveux de Roshni, puis l’abaissa dans une longue caresse le long de sa nuque.

— Qu’est-ce que tu fais ? demanda Roshni. Elle ne bougeait pas d’un pouce, elle ne regardait même pas Margot.

Margot avait très peur que Roshni la repousse ou se moque d’elle, mais elle sentait également monter en elle l’excitation de faire quelque chose qu’elle n’avait jamais fait avant et qu’elle osait enfin faire. Son cœur se mit à battre très fort de stress et d’excitation. Roshni ne la repoussait pas, et elle continua de faire courir sa main jusque dans son dos en se collant encore plus contre elle. Elle sentait son cœur battre si fort qu’il semblait sortir de sa poitrine. Elle sentait de petites pointes d’électricité parcourir ses membres. Son cœur battait si vite qu’elle avait du mal à respirer, et elle se mit à haleter brièvement pour reprendre son souffle. Margot était contre le cou de Roshni. Elle avait très envie de l’embrasser sur la bouche, mais n’osait pas, car elle avait peur que cela rompe le moment et qu’elle se fasse repousser. Tant pis, elle était trop près et en avait trop envie. Elle ferma les yeux et lui déposa un baiser dans le cou. Roshni frissonna, et Margot sentit sa tête tourner. Leurs lèvres entrouvertes se touchèrent et elle sentit la main de son amie se poser contre sa nuque. Elle lui rendit son baiser et Margot sentit sa langue entrer dans sa bouche et caresser la sienne. Elles s’embrassèrent sans bouger, complètement obnubilées par le goût de leur baiser et leurs langues qui s’entrelaçaient, jusqu’à ce que Margot eût besoin de se détacher d’elle. Sa respiration était rapide, et elle sentait son visage en feu. Elle étouffait. Une myriade de picotements parcourait tout son corps, et elle dut s’asseoir sur le lit pour ne pas s’évanouir d’excitation. Roshni aussi semblait respirer fort. Elle s’assit à ses côtés et lui posa la main sur la cuisse :

— Ça va ?

— Oui… Et toi ?

— Oui… Je ne sais pas… Je l’avais déjà fait avec des garçons, mais jamais avec une fille… Je ne m’attendais pas à cela… 

Le temps semblait suspendu, et Margot ne savait plus trop si elles vivaient un moment complice ou gênant. Roshi ricana doucement en se tournant vers elle :

— Alors, c’est donc cela le fameux French kiss ?

— Euuuh, je suppose. Je ne savais pas non plus, pour être honnête ! répondit Margot en sentant le rouge et la chaleur envahir ses joues.

— Ça doit être inné, alors, car tu fais cela très bien. »

Margot rit d’embarras sans savoir que répondre. Elle était complètement perdue et craignait que son manque de répartie ne casse ce moment. Elle ne se sentait pas du tout à sa place. Elle s’étendit pour que Roshni ne voie pas à quel point elle manquait d’esprit. Son amie avait toujours la main sur la cuisse de Margot. Elle la caressa doucement et elle se laissa faire. Elle finit par passer sa main dans l’intérieur de sa cuisse, tout doucement, presque avec hésitation. Margot inspirait à fond pour reprendre son souffle. Elle sentait sa poitrine se soulever. Elle regarda Roshni. Cette dernière baissait la tête, comme si elle n’osait pas la regarder. Elle se tourna finalement vers son amie et plongea ses yeux marron dans les siens. Elle prit délicatement la nuque de Margot dans la main, la redressa contre elle et l’embrassa à nouveau. Margot se colla contre elle. Sans qu’elle s’en fût rendu compte, sa main avait glissé sous le T-shirt de Roshni. Elle trouva sa peau douce et chaude. Elle remonta dans son dos et sentit la bretelle de son soutien-gorge. Elle glissa sa main dessous. Son amie l’avait saisie par la taille et faisait courir ses mains sur elle en haletant doucement. Margot avait très chaud et sentait sa tête tourner légèrement. Elle embrassa Roshni dans le cou et cette dernière la serra plus fort contre elle. Margot sentait sa poitrine contre la sienne. Sans la voir, elle souleva le T-shirt de son amie et l’embrassa dans la gorge. Elle vit qu’elle portait un soutien-gorge gris tout simple, mais elle la trouvait incroyablement désirable. Elle voulut voir si elle était capable de lui retirer, porta les doigts à l’agrafe du vêtement et voulut la manipuler. Le soutien-gorge sauta presque sans que Margot l’eût voulu. Elle eut un petit cri de surprise et sentit Roshni sourire. 

Elle avait très chaud, son cœur battait si vite qu’elle étouffait, mais elle voulait que le moment continue. Elle enleva tout doucement le vêtement de son amie et l’embrassa plus bas. Elle était contre sa gorge et pouvait voir sa poitrine. Elle fit glisser son autre main le long de son ventre pour remonter vers sa poitrine. Roshni se coucha sur le lit en attirant Margot contre elle. Sa peau brune transpirait légèrement. Margot sentait les mains de son amie qui parcouraient son corps. Elles s’embrassaient, se caressaient et s’exploraient. Margot la laissa lui retirer son haut. Elle était intimidée de se retrouver ainsi devant elle, mais Roshni s’était laissé faire et cela lui donnait confiance en elle. Mieux, son amie la regardait avec gourmandise, et Margot se sentit désirée. Elle embrassa les seins de Roshni, passa délicatement le bout de sa langue sur la partie la plus délicate et douce. C’était très agréable, et elle entendit Roshni souffler un soupir de gémissement. Margot avait de plus en plus chaud et n’arrivait pas à se retenir de caresser et d’embrasser son amie. Elle sentait la main de Roshni qui caressait l’intérieur de sa cuisse, qui remontait sur sa ceinture. Elle caressait sa peau et semblait chercher à retirer son pantalon. Margot avait très envie de retirer ses vêtements et se retrouver contre son amie. Roshni essayait de défaire son bouton, mais sa main dérapa sous le vêtement. Margot fut surprise et son amie retint sa main, mais la laissa là. Margot avait l’impression que son cœur allait exploser. Est-ce qu’elle allait vraiment faire ce qu’elle pensait qu’elle était en train de faire ? Elle voulut changer de position pour se mettre plus à l’aise, mais cela fit glisser la main de Roshni plus profondément. Ou peut-être savait-elle très bien ce qu’elle faisait. Elle la caressa timidement et cela fit soupirer Margot, surprise par ce qu’elle ressentait. Alors, elle glissa toute sa main dans son pantalon et la caressa doucement. Margot enfouit sa tête contre Roshni pour mieux sentir ce qu’il se passait entre ses cuisses. Mais elle se sentait trop à l’étroit, alors elle dégagea ses jambes pour se coller contre son amie. Elle la sentit défaire son pantalon de son autre main. Son excitation était ardente, et elle ne bougeait plus, entièrement concentrée sur le plaisir que lui procurait son amie. Elle respirait fort et sentait son bassin accompagner les gestes de son amie. Elle sentait son souffle haletant contre son oreille et ses doigts qui la caressaient. Margot aussi avait envie de sentir la peau de Roshni, et elle dut faire tous les efforts du monde pour se dégager de l’étreinte de son amie, juste le temps qu’elle se retrouve aussi effeuillée qu’elle. Elles étaient nues, collées l’une à l’autre et ne retenaient plus leur plaisir. Plus rien d’autre n’existait à part leurs corps l’un contre l’autre, leurs baisers, leurs caresses. Margot sentait une vague de plus en plus intense monter en elle. Roshni ralentit jusqu’à s’immobiliser, mais Margot ne voulait pas que le moment s’arrête. Elle prit la main de son amie et l’encouragea à continuer. La puissance de ses caresses la surprit elle-même et en quelques secondes, la vague la submergea entièrement et elle sentit une explosion de plaisir en elle. Elle vibra et sentit des picotements partout dans son corps. Elle ne put se retenir de soupirer de soulagement avant que la tension ne retombe, mais le plaisir et l’excitation ne la quittèrent pas, ils étaient toujours présents en elle, en sourdine. Elle avait toujours envie de Roshni, mais aussi de lui donner le même plaisir que ce qu’elle avait ressenti. Elle se glissa contre elle, entre ses jambes. Son amie aussi avait très chaud. Roshni accompagnait les doigts de Margot avec de légers soupirs et gémissements. Elle se retenait beaucoup moins que Margot. Elle la serrait contre elle. Margot la sentait glisser contre elle de plus en plus rapidement et accéléra ses mouvements. De son autre main, elle caressait son corps. Roshni ne tint plus et Margot l’entendit gémir du même plaisir à son oreille, serrée contre elle de toute sa force.

Elle savait qu’elles avaient toutes deux ressenti la même jouissance, et Roshni aussi. Elles se sourirent et s’allongèrent côte à côte pour reprendre leur souffle. Margot se sentait sereine et épanouie. Elle venait de faire l’amour avec Roshni et n’avait jamais ressenti d’orgasme aussi puissant.

 

Merci à Tuco pour cette histoire :)

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés